Projet Peer Gynt d’Ibsen : 8ème semaine du travail collectif de la formation intensive du Théâtre aux Mains Nues

peergyntposter.jpg

Nous venons d’achever notre dernière semaine de travail autour de l’œuvre d’Ibsen. Dernière ? En effet, nous présentons mercredi et jeudi prochain à 19h notre travail devant un public.

Longue semaine de répétitions, filages ; où nous avons réglé nos placements, nos enchainements… Nous mémorisons nos chorégraphies scéniques, tentant de ne pas nous perdre dans le flux d’informations qui surgissent inévitablement à la fin d’une période de création aussi intense.

L’échéance approchant, nous ressentons avec force l’apparente contradiction entre le plaisir de jouer confronté au stress de la présentation. Parfois un sentiment de confusion naît dans le regard des élèves entre l’apprentissage du texte, des déplacements, de l’incarnation des personnages, du travail de dissociation avec la marionnette… Mais rapidement le collectif semble se solidifier portant les rires, les envies, les idées de chacun de ses membres.   

 Le mot d’ordre pour la semaine à venir : PLAISIR ! De jouer, de représenter, de poursuivre notre recherche, notre quête de sensations au sein de notre processus de création. Inspirer… Expirer…  Et donner notre énergie la plus vivante pour arriver à transmettre ne serait-ce qu’un court instant de plaisir aux spectateurs !

Septième semaine de mise en scène du projet Peer Gynt

dscf2739.jpg

Nous sommes à la septième semaine de notre projet de création collective autour de l’œuvre d’Ibsen ; Peer Gynt. Dans moins de deux semaine celui-ci touchera à sa fin.

Cette semaine, avec le temps, les explorations scéniques, le travail intense que chaque élève effectue sur les différentes scènes encadrés par notre metteur en scène, Nicolas Goussef, nous voyons nos idées prendre forme, et s’insérer dans un tout qui s’autonomise.

L’œuvre d’Ibsen se fait entendre et voir dans un parti pris où nous ne définissons rien : nous sommes en perpétuelle recherche: personnages, marionnettes, acteurs, créateurs, professeurs, dans un espace en chantier.

Nous comprenons qu’il persistera jusqu’au bout des questionnements, auxquels nous n’aurons peut être jamais de réponse. Que nos idées de départ se sont métamorphosées et qu’elles appartiennent maintenant à une forme indépendante. Nous ne nous y attachons pas, et tentons de porter le projet jusqu’à un certain point, déterminé par le temps. Nous sommes cependant certains que nous pourrions continuer sans fin cette exploration, et que ces images resteront gravées à vie en nous, qu’elles circuleront, effectueront leurs propres détours, nous accompagnant dans nos propres métamorphoses…

Projet Peer Gynt d’Ibsen : 6ème semaine du travail collectif de la formation intensive du Théâtre aux Mains Nues

dscf2501.jpg 

De retour après deux semaines de vacances, la formation reprend et nous nous attachons à poursuivre le travail amorcé autour de notre projet de mise en scène de Peer Gynt.

Les professeurs se réunissent pour faire le point. Nous continuons l’exploration plastique et la fabrication de l’espace et des différents accessoires. La présentation finale approche. L’angoisse est présente, alors nous tentons de nous accrocher à l’idée que le plus intéressant dans notre approche créatrice reste le processus de création collective, et non pas le rendu final, qui laissera place inévitablement à des déceptions.

Pourtant, cette semaine, le groupe se retrouve autour d’une matinée où Christian Remer – professeur axant son enseignement sur l’apprentissage du mouvement dans le corps de l’acteur- amène les élèves à ressentir l’importance de l’écoute et nous retrouvons la sensation de faire partie d’un ensemble. Tous se laissent porter par les paroles de Christian, marquées par l’humour et le dynamisme. Des images naissent, mais surtout ressort celle d’un groupe où les mouvements se fluidifient de plus en plus, laissant entrevoir de temps en temps une sorte de symbiose inconsciente. Les élèves dansent, libres et complètement emportés par leurs imaginations, créant des images, des perspectives dynamiques et délurées.  De véritables retrouvailles, nous laissant sentir la force de notre groupe ! Il ne faut pas oublier cette énergie !