M/W – Résidence de création

Etat d’une recherche

D’après Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

Avec l’association La Magouille et le collectif Ca.Ma.It

Tout commence seul, face au roman. Une sensation indéfinissable, l’impression que quelque chose se dit, quelque chose d’important qui se donne l’air de rien.

Et puis nous sommes deux, puis trois. Trois c’est un beau chiffre pour commencer. Alors nous commençons, pendant un an nous cherchons. Nous nous laissons submerger par la force d’un texte, par le désespoir d’un auteur et par le rire contagieux du diable.

Trois autres nous rejoignent et un nouveau texte s’écrit. Audacieux et contemporain, il revisite le mythe et nous donne des ailes.

Une nouvelle année se prépare, de recherches, de questions et de tentatives .  C’est plutôt long. Oui, et c’est bien comme ça.

Cet été, trois beaux lieux ont accueilli notre équipe. L’Atelier 313, à Sofia nous a tout d’abord ouvert ses portes  et laissé entrevoir le tourbillon de sa ville, avec, en périphérie ses tours orphelines : occasion d’un  temps  de travail sur l’ombre et la vidéo.  Plus au Nord, à Copenhague, l’adaptation du texte continue de s’écrire et se peaufine, aller-retour entre le plateau et le papier. Et enfin, le Théâtre aux Mains Nues, en juillet pour un temps de recherche plastique et scénographique. Cette résidence ne pouvait avoir lieu qu’ici, dans ce petit coin entouré de barre d’immeuble : échos à nos tours de cagettes et aux questions de logement, chères à Boulgakov.  Lieu où l’aventure a commencé, où les chemins se sont croisés pour la première fois. Cette dernière étape de travail estival nous donne du souffle pour la suite, espérons qu’il nous porte loin.

Angèle Gilliard