Interview – Mho! et le Secret de la Petite Forêt

Du samedi 19 au jeudi 24 avril prochains, le Théâtre aux Mains Nues invite la compagnie congolaise Conte Duo pour un spectacle de marionnettes et objets tout public : Mho ! et le Secret de la Petite Forêt …A cette occasion, nous avons posé quelques questions à Ulrich N’Toyo Ulrich, de la compagnie Conte Duo…

visuel_mho.jpg

Comment est né le projet de Mho ! Et le Secret de la Petite Forêt ?
Mho! Et le secret de la Petite Forêt est né à l’issue du stage animé par le marionnettiste italien Massimo Schuster ainsi que d’un constat : avant la découverte du pétrole au Congo Brazzaville, la ressource première était le bois. Mais aujourd’hui, on ne parle que de pétrole et le pays s’enfonce dans une crise grave. Les forêts se vident, les exploitants illégaux dévastent les forêts en achetant le silence de la population au prix de quelques bouteilles de bière, de savons, d’huile…enfin quelques denrées alimentaires. N’est-ce pas là une autre forme d’esclavage ? N’est-ce pas là, un des facteurs du changement climatique? Malheureusement le pouvoir en place n’a d’yeux que pour le pétrole, dont le peuple congolais ne retire aucun bénéfice. Ce sont ces raisons qui nous ont poussés à écrire Mho!

Créez-vous exclusivement des spectacles de marionnettes ?
Non, Conte Duo est le résultat de nos différentes expériences artistiques. Nous montons aussi des spectacles de théâtre et de contes.

Alors pourquoi avoir choisi la marionnette pour ce spectacle ?
La marionnette est une forme d’expression artistique naissante en Afrique. Elle attire du monde, et c’était donc le meilleur moyen de faire passer ce message. Mais surtout, la manipulation des marionnettes illustre bien le sort de nos dirigeants africains à la botte des multinationales qui pillent nos richesses naturelles.

L’art de la marionnette est-il répandu au Congo ?
L’art de la marionnette est naissant à Brazzaville et nous sommes la deuxième Compagnie de marionnettes au Congo Brazzaville, après la Compagnie Marico animée par Fine Poaty. Mais Mho! Et le secret de la Petite Forêt sera le premier spectacle de marionnettes congolais en France.

Comment vous êtes-vous formés à la marionnette ?
Notre formation à la marionnette, tout comme notre formation au théâtre d’acteur, vient de cette école que nous appelons école de la rue. Il n’existe pas d’école de formation d’acteurs, de marionnettistes ou de conteurs… au Congo Brazzaville, donc nous nous sommes formés sur le tas et avec l’aide du Centre Culturel Français qui nous a permis d’assister à des stages de formation, à des spectacles, des festivals…

Quels types de marionnettes utilisez-vous pour le spectacle ?
Nous utilisons la marionnette à fils, la marionnette à gaine, des marionnettes figées et des objets.

Mho ! évoque des problèmes écologiques, tels que la déforestation et ses conséquences climatiques au Congo Brazzaville. Pourquoi cet engagement ?
Je ne sais pas si c’est de l’engagement, mais plutôt l’envie de dire ce qui pourrait être un problème pour l’avenir. L’envie de dire : »Arrêtez le massacre ». La nature à besoin d’être modelée, transformée, et non détruite.

A qui s’adresse ce spectacle ?
Ce spectacle est adressé à qui veut le suivre sans distinction aucune. Nous ne sommes pas des donneurs de leçons, non, nous sommes des artistes.

Comment avez-vous procédé pour la construction des décors ? Les avez-vous conçus vous-mêmes ou avez-vous travaillé avec un plasticien ?
Le spectacle n’a pas de décors au sens où vous l’entendez. La scène est vide et notre espace de jeu est délimité par des sacs en plastique. Rien n’est laissé au hasard dans ce spectacle. Nous avons travaillé avec des sacs plastiques parce qu’ils détruisent et appauvrissent nos sols.

Quels sont vos projets? De nouveaux projets de spectacles de marionnettes en vue ?
Déjà, arriver à faire tourner Mho! qui n’est pas notre premier spectacle. Nous allons le jouer au Festival Globe Théâtre à Rouen et nous repartirons à Brazzaville pour le présenter à la 4e édition des Rencontres Itinérantes des Arts de la Parole et du Langage. Nous cherchons donc des dates à partir du mois de mai 2008. Avis aux amateurs!

La prochaine création parlera des inégalités sous toutes leurs formes, projet que nous réaliserons avec le Collectif Folenvie. (collectif programmé en début de saison au Théâtre aux Mains Nues avec le spectacle Bakou)

Mho ! et le Secret de la Petite Forêt
Samedi 19 et dimanche 20 avril à 16h : Goûter à l’issue du spectacle
et du lundi 21 au jeudi 24 avril à 15h
tarifs : de 5
à 12

Interview réalisée par Emmanuelle CORSON, le 25 mars 2008