Février 2018
L M M J V S D
      1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
       
Crédits

PROGRAMMATION

Sophie Morin

Broderies de Sophie Morin d'après des dessins d'enfants


du 17 avril au 3 mai 2010
Du lundi au vendredi de 9h à 17h et le week-end avant chaque représentation.


15 jours


L’art est un jeu d’enfant. Aux enfants la liberté du trait, du geste accompli en pure perte. L’artiste n’en finit pas de vouloir renouer avec cette idiotie native, cette souveraine indifférence aux usages et aux codes, cette insouciance primitive.
L’enfant est à la fois ingénu, ingénieux et génial. Il laisse jaillir ce qui échappe. Il reste obscur à lui-même dans la clarté du trait. Ce premier degré de l’art, cet art au premier degré m’est une perpétuelle leçon de chose et une source d’étonnement.

Avant que ne commence le massacre des innocents par le jeu imposé des représentations dominantes, je reste à l’affût de ses traits d’enfants qui sont comme des traits d’esprits et d’émotions. Ils revigorent mon regard sur le monde.
Traits griffonnés sur un bout de papier, traits parfois tremblés, esquisses délivrées de toute vraisemblance : ils dessinent un art aux antipodes du réalisme. Ils sont l’affirmation d’un libre jeu de l’imagination : sa traduction inattendue.
Et je me plais à les sauver de l’oubli, du désastre, à les transposer sur la toile, jouant parfois des changements d’échelles, agissant avec délicatesse à partir de l’original. Car on a tôt fait de dénaturer l’expression de cette puissance de vie traversée d’affects.

Et le fil de la brodeuse que je suis pérennise leur graphie première. Car ce fil est comme un fil de vie. Le rompre, c’est se couper de cette part d’enfance qui est en nous et qui cherche encore obscurément à s’exprimer.
A rebours du temps accéléré qu’on nous impose, je fixe au ralenti l’éphémère d’un geste, la trace précieuse d’une évidence d’être.

Sophie Morin


Ident :